Le grain de sable

  • lundi, 05 novembre 2018 09:53
  • Anonymous
  • Photo nouveau Tribunal de Paris

On est à moins de 24 heures de la fin de la propagande et 48 heures du scrutin du 1er tour des présidentielles 2018. Ces élections ont été avancées suite aux « évènements d’avril » dernier qui ont vu la mise en place d’un « gouvernement de consensus » afin d’éviter des troubles durant ces élections et pour permettre d’éviter un éventuel « NI. NI.» comme en 2013. Sans oublier que la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) a procédé au gel de la liste électorale afin d’ « éviter la présence d’électeurs fantômes », enfin !

Quoiqu’il en soit, on est sur la dernière ligne droite pour chaque candidat, pour ne pas dire le sprint final. Tous les candidats y vont de tout leurs efforts, certains grands favoris ont déjà les voix enrouées à force de meeting pour convaincre les électeurs.

Il y a même certains qui sortent leur 2nd souffle.

Parfois quelques uns « rêvent d’un premier tour et c’est fini ! (premier tour dia vita).

Malgré tous les faux-rapports, les « sabotages », un des candidats conservent sa popularité et « victime » des évènements de 2009 présentés comme un coup d’Etat, il joue cette carte.

En face il y a son concurrent pour ne pas dire son rival, sorti en 2009 du chapeau des vieux dinosaures de la politique de notre pays et avec l’aval d’un cartel de la françafrique.

Les intérêts de ces 2 groupes se rejoignent, le premier, ne pas perdre ses privilèges et le second une mainmise éternelle sur les richesses malagasy.

En effet la France reste la référence inspirant nos hommes politiques, dinosaures ou pas.
En 2011, Dominique Strauss-Kahn, un des hommes forts du parti socialiste (PS) et directeur général du Fonds Monétaire International (FMI), a été l’archi-favori de l’élection présidentielle de 2012, mais pour des histoires de Q, celui qui allait certainement devenir le 7ème président de la 5ème République française connut un flop et disparaît totalement.

Sur tout un autre plan, François Fillon, ancien premier ministre et premier responsable des Républicains (anciennement RPR), favori des élections de 2017, ancien compagnon de Nicolas Sarkozy, a perdu sa course à l’Elysée à cause du dossier de l’emploi fictif de sa femme.

Sans oublier Sarkozy qui, avec ses tonnes de dossiers devant les tribunaux, a du mal à revenir au devant de la scène quand il fut battu par le candidat « roue de secours » du PS, François Hollande en 2012.

A Madagascar le grand favori des élections 2013, Jean Louis Robinson, a fait un flop avec le débat au Carlton en utilisant la phrase « foza endasina » (griller des crevettes, allusion à la couleur orange de son adversaire), il a perdu ainsi.

Cette fois, les 36 candidats ont intérêt à être clean et droit. Tout le monde parle du cas de la candidate Fanirisoa Ernaivo dont les dérapages verbaux à l’encontre de la Police Nationale soulèvent un tollé général.

Mais le tribunal de Paris, avec un éventuel demande de comparution d’un des grands favoris risque aussi de changer la donne.

A Madagascar on fait beaucoup de copier/ coller avec ce qui se passe en France et accessoirement aux Etats–Unis, alors les grains de sable ne manquent pas pour faire trébucher les supposés gagnants, alors que des millions de dollars ont été injectés, des surprises il y en aura !

Anonymous

(Photo nouveau Tribunal de Paris)

 

Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.