Paresse et…pauvreté

  • mardi, 16 janvier 2018 09:26
  • Super User
  • Photo Gasypatriote

La superficie de Madagascar n’a pas changé durant plus de 100 millions d’années après l’éclatement du Gondwana, c’est-à-dire 587 295 km² (1 580 km de long et large de 580 km), de superficie faisant d’elle la 5ème île du monde juste après Bornéo (Indonésie et Malaisie).

Sa population est de 25 millions donc une densité de 41,65 hab/km² alors qu’en Indonésie cette densité est de 142hab/km², donc plus de 3 fois.

Tout le monde sait qu’il existe toujours des endroits désertiques vides de population dans la Grande île.

Les terres potentiellement cultivables représenteraient plus de 36 millions d’ha, mais à peine 3 millions d’ha sont effectivement exploités. Alors que le secteur agro-alimentaire représente 43% du Produit Intérieur Brut (PIB) mais celui-ci est insuffisant afin de créer de la richesse.

Litchis, vanille, épices,… constituent de sources d’entrée de devises mais ceux-ci s’épuisent par manque d’entretien, nos richesses du sous-sol sont très variées, mais pourquoi nous restons pauvres ?

Les observateurs étrangers et nos élites affirment comme postulat que ce qui diminue le rendement agricole surtout le riz sont : érosions, épuisement du sol, aridité de certaines régions et peut-être la seule vérité, la déficience d’infrastructures (routes, ponts et ports).

Donc nous sommes condamnés à vivre dans une pauvreté endémique avec comme Indice de Développement Humain (IDH) de 0,510 nous plaçant à la 154ème place sur 188 pays du monde, alors que pour une superficie moindre (329.750 km²) mais une population plus dense (30 417 000) la Malaisie affiche un IDH de 0,789 (62ème).

Certains avanceront que cette derrière a comme principal produit d’exportation le pétrole et le gaz, ceci explique-t-il tout ?

Tout semble aisé avec des chiffres pour expliquer la richesse ou la pauvreté de telle ou telle nation, mais pour Madagascar nos compatriotes ont trouvé la cause de notre paupérisation même s’ils le disent tout bas : la paresse.

On infante trop (taux de natalité 32,1%) mais on produit pour ne pas dire travaille peu. Pas de travail pas de richesse ! Vérité de la Palisse. Notre taux de croissance démographique dépasse de loin notre taux de croissance économique réel mais non comptable. Ceci explique cela Madagascar plonge dans la misère au lieu d’émerger.

La pauvreté de Madagascar ne date pas d’hier, au temps de la Royauté (1er Etat malagasy), la population ne dépassait guère les 3-4 millions mais déjà nos ancêtres vivaient précairement : aléas climatiques, banditismes.

Les Malagasy ont été saignés à blancs par le trafic des esclaves initiés par les Arabes et les Français durant plus de 7 siècles. Les Malagasy ont participé joyeusement à ce trafic à cause de l’argent facile procuré par ce commerce. Qui dit argent facile dit paresse.

Le banditisme qui s’accroît maintenant est rattaché à 2 facteurs, l’accroissement démographique et à la paresse induisant cette pauvreté chronique.

Les Malagasy ont perdu le sens de la conquête et l’occupation de leur sol, le seul excuse qu’on peut leur donner est l’insécurité, mais même nos dirigeants surtout le HVM sont atteints par cette « paresse », ils n’ont même pas le courage de courir après les Malaso.

Le métier de forces de l’ordre n’est qu’un parapluie pour se faire payer gracieusement aux frais de la princesse et quand on a envie de boire un coup, on fait un petit « massage »(manotra) aux rares compatriotes qui font l’effort de travailler honnêtement.

Nos terres sont laissées à l’abandon pour cause d’insécurité, elle-même due à la paresse, nous préférons l’argent facile (rôder dans les villes, mendier ou chaparder,…) que de faire l’effort de travailler la terre.

Cet argent facile a atteint les sommets de l’Etat qui cherchent et n’attendent que les aides extérieures en déclarant à qui veut l’entendre que Madagascar ne se suffit pas à lui-même. Et ils ont mis le pays sous gage vis-à-vis des étrangers (soi-disant bailleurs de fonds) au lieu de trouver des moyens plus simples de faire travailler leurs compatriotes.

Avec cette administration HVM nous avons touché le fond et finalement bon nombre d’entre nous se sont rendus compte que c’est notre paresse qui nous a appauvri et cela a fait saute-sauter de joie certains qui … s’enrichissent.

Anonymous

 

Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.