Le Pestis défie le Pistis

  • lundi, 09 octobre 2017 14:50
  • Super User
  • Photo Archives Sobika

L’endémie de peste qui connait actuellement un regain, fait d’elle une menace mortelle pour les Malagasy et ceux habitant la grande île. Les chiffres de samedi 07 octobre fait état de 42 morts, il y a de quoi donner des frissons.

La peste tire son nom du Latin Pestis signifiant « fléau, malheur, désastre, calamité, destruction, ruine » selon l’expression de Cicéron « pestem sibi machinari » (s'attirer des malheurs). On désigne aussi par « peste » un homme funeste, un animal nuisible, un être pernicieux ou un objet fatal, à l’image de la description, du même Cicéron, de « pestis textilis » (tissu funeste) la robe empoisonnée de Nessus (le centaure) qui tua Hercule, le demi-dieu de la force, ce dernier pour abroger ses souffrances s’immola sur un bûcher.

Donc la peste incarne le mal absolu, une fin mortelle avec ses cohortes de cadavres qui n’ont qu’un seul destin: être livrés aux flammes afin de ne pas répandre l’épidémie, pour cela la peste signifie l’enfer !

Par contre "Pistis" se définit comme la « conviction de la vérité de toute chose, la croyance ». Dans le Nouveau Testament « pistis » est une conviction ou confiance concernant la relation avec Dieu et les choses divines, généralement avec l'idée inclue de confiance et de ferveur sainte nées de la foi, et qui lui sont adjointes.

C’est la « conviction que Dieu existe, qu'il est le créateur et maître de toutes choses, celui qui pourvoit et qui accorde le salut éternel à travers le Christ ». Cette conviction forte que « Jésus est le Messie, à travers qui nous obtenons le salut éternel dans le royaume de Dieu », « pistis » est le socle même des croyances religieuses des Chrétiens. « Pistis » exprime fidélité et foi à toute épreuve.

Où en sont nos compatriotes ? Sommes-nous en plein « pestis » ou sous influence du « pistis » ?

A regarder de près nos conduites au quotidien nous nageons au milieu du « pestis » car nous passons notre temps à se jeter à la figure les responsabilités de la cause de la maladie de la peste, entre un gouvernement accusant certains maires de ne pas nettoyer leurs communes et des édiles accusant l’exécutif de ne pas leurs donner les « moyens financiers et matériels » pour curer les buses et canaux où s’accumulent les détritus abritant les rats porteur de l’épidémie.

Sans oublier que les « famadihana » (ré-enveloppement de linceul) des morts (Razana), réactivent la maladie dans certaines de nos campagnes car le bacille a une forme tellurique qui lui permet d’être actif pendant des décennies.

La première réaction de nos dirigeants est toujours de rechercher des financements de la communauté internationale comme si celle-ci est là pour nous débarrasser de nos ordures. Beaucoup de nos responsables successifs se comportent comme des prolétaires des banlieues parisiennes qui pensent que tout leur est dû car jadis la France a colonisé leur pays donc c’est un « juste retour » des choses que les Français payent leur présence dans l’hexagone.

Mais en se conduisant ainsi ils ont perdu tout sens de l’honneur mais deviennent ainsi que de nations de mendiants cherchant et recevant que du mépris derrière les allocations de chômage, … qu’ils reçoivent et même les aides reçues par certains Etats africains comme le nôtre sont conditionnées par une perte d’une partie de notre souveraineté car nous ne pouvons pas jouir d’une immense partie de nos richesses.

Alors si nous ne sommes pas capables de se débarrasser nous-mêmes de nos déchets que reste-t-il de notre existence ? Le « pestis », la ruine qui est en train de recouvrir notre société comme ces villages abandonnés remplissant nos campagnes.

Sans compter l’apparition de cohortes de charlatans qui se déclarent « prophètes » apportant des solutions loufoques pour se débarrasser de l’épidémie !!! Certainement le fait d’inhumer dans des fosses communes ou incinérer les morts de la peste provoqueront certainement des répulsions, voire des résistances.

Pourtant il est facile de critiquer, mais comment une nation qui célèbre son bicentenaire de « démocratisation » de l’écriture (1817-2017) peut-elle encore saisir dans toute sa signification le « pistis », car chez nous foi se mélange encore aux superstitions, comme si on demande à un enfant de 5 ans les théorèmes euclidiens.

Mais c’est là qu’interviennent les adultes responsables qui ne singent pas uniquement les Occidentaux mais prennent en main avec les moyens qu’ils ont les solutions y afférentes à notre situation actuelle.

Là où le bât blesse, avons-nous la conviction (pistis) pour faire face au « pestis » qui nous ravage, ou allons-nous encore fuir ou se cacher à …l’étranger en buvant notre "pastis", pour éviter de prendre nos responsabilités en gardant un silence…de mort.

Anonymous

 

 

Commentaires (4)
  • how buy viagra online
    buy viagra
    how long will 25mg of viagra last
    [url=http://bgaviagrahms.com/#]viagra online[/url]
    where can i buy cheap viagra in the u k
    mercredi, 18 octobre 2017 23:21
  • viagra generika online rezeptfrei
    online viagra
    sildenafil citrate 100mg tab india
    [url=http://fastshipptoday.com/#]viagra for sale uk[/url]
    buy viagra bkk
    samedi, 14 octobre 2017 13:54
  • buy online viagra viagra
    viagra uk
    generic viagra sample
    [url=http://fastshipptoday.com/#]online viagra[/url]
    viagra online from usa
    jeudi, 12 octobre 2017 13:51
  • how to get cialis or viagra
    viagra for men
    what is cheaper viagra cialis or levitra
    [url=http://fastshipptoday.com/#]viagra without a doctor prescription[/url]
    generic viagra 50mg
    jeudi, 12 octobre 2017 02:06
Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.
 
 
B1 - Polyclinique
B2 - Toa